Fidéliser ses collaborateurs : 7 leviers pour créer un vrai attachement des équipes à l’entreprise

Les phénomènes cumulés de « grande démission » (près d’un salarié sur 2 pense à changer de job*) et de distension des liens là où le télétravail s’est généralisé impose un sacré défi aux employeurs : comment fidéliser les collaborateurs et (re)créer les conditions d’un vrai attachement à l’entreprise ? Découvrez ici le raisonnement et les expériences vécues par des dirigeant.e.s de TPE/PME qui mettent l’humain au centre du « jeu ».

1) Réussir la phase de onboarding, une étape cruciale dans la fidélisation d’un salarié

« On n’a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne première impression » : ce propos plein de bon sens porté par un responsable commercial incarné par Benoît Poolevorde dans le long-métrage méconnu (et pourtant excellent), « Les portes de la gloire », s’applique parfaitement à l’enjeu du onboarding en entreprise. En français : la phase d’intégration d’un nouveau collaborateur.

« Une intégration inadaptée serait à l’origine d’une démission sur 3 au sein de la population cadres »

Cadreemplois 2019

Des études démontrent qu’une intégration inadaptée serait à l’origine d’une démission sur 3 au sein de la population cadres (Cadreemplois 2019). Et le fait que près de la moitié des démissions se produisent la première année révèle à quel point cette phase doit être prise très au sérieux par les services Ressources Humaines et le management afin de fidéliser ses salariés. Voici quelques points de passage obligés pour réussir cette étape cruciale (impératifs que nous détaillons dans un autre article à lire ici) :

  • être chaleureux et pédagogique dès les premiers échanges (même administratifs) en amont de l’arrivée,
  • préparer le poste de travail pour qu’il soit opérationnel le jour j,
  • accueillir comme il se doit la nouvelle recrue (prévenir l’équipe quelques jours avant, organiser un petit-déjeuner commun le jour j) pour lui faire ressentir l’ambiance dès les premiers instants et la motiver,
  • lui proposer un parcours d’intégration (échange avec chaque service) dans les premiers jours pour qu’il comprenne l’entreprise,
  • l’inscrire, avec son manager, dans une démarche de formation/montée en compétences jalonnée tout au long de la première année.

Et rien de mieux qu’une convivialité assumée pour réussir cette entrée en matière, comme l’explique Stéphanie Collonges, dirigeante d’une enseigne d’optique à Chambéry :

« on profite des atouts de la région pour nos team-building : quand on recrute un collaborateur, l’intégration se fait en équipe, à motoneige si c’est l’hiver, et autour d’un repas dans les Bauges. La cohésion passe par ces souvenirs communs, par la solidarité que l’on témoigne les uns envers les autres et par les signes de reconnaissance qu’on se manifeste ».

2) Se démarquer des pratiques des autres employeurs de son secteur

Pour prétendre fidéliser ses salariés, il est important d’identifier ce qui fait défaut dans les pratiques de la profession – chez soi comme chez ses homologues – pour proposer une conception du métier séduisante pour un talent. A l’image de la flexibilité proposée par Nadine Witczak, à la tête d’un hôtel indépendant sur Nantes, dans un secteur davantage connu pour la rigidité des plannings :

« Mes collaborateurs aiment l’ouverture d’esprit dont nous faisons preuve pour leur trouver des solutions, quand il s’agit d’organiser les plannings des vacances pour que chacun s’y retrouve dans son organisation personnelle. Et quand on est juste avec l’équipe, chacun est en retour beaucoup plus solidaire pour seconder un collègue ou le remplacer au pied levé quand c’est nécessaire…

J’ai la chance de pouvoir compter sur une équipe fidèle et, je pense, profondément attachée à l’hôtel Amiral et à son indépendance. Nos responsables week-end, hébergement ou encore le veilleur de nuit travaillent à nos côtés depuis 15 à plus de 25 ans ! Dans l’équipe des femmes de chambres – une expertise pourtant en tension dans notre secteur -, certaines de nos collaboratrices sont ici depuis plus de 10 ans. »

3) Fidéliser ses collaborateurs en proposant un outil de travail attractif

L’herbe est soi-disant toujours plus verte ailleurs sur les conditions de travail : certains employeurs choisissent de couper court en proposant un outil de travail qui contribue à lui seul à la fierté de celles et ceux qui l’utilisent. L’environnement de travail est une des clés pour mieux fidéliser ses salariés. C’est ce que pratique l’entreprise de location de matériel de travaux publics conduite par Johann Menet dans le Pas-de-Calais :

« Nos chauffeurs ont tous un matériel attitré neuf, qui est renouvelé tous les 5 ans. Ils ont un super outil de travail qu’ils entretiennent : c’est vertueux car on arrive encore à le valoriser correctement au moment de le renouveler. Ça colle parfaitement à la citation du patron de Virgin, Richard Branson, qu’on lit souvent : ‘Prenez soin de vos salariés ils prendront soin de votre entreprise’. »

4) Accompagner l’évolution et la montée en compétences des équipes

Pouvoir se projeter au sein de l’entreprise quelques mois ou années plus tard est également important pour un salarié. Même sans avoir sa propre école de formation (comme c’est le cas chez WiiSmile pour les équipes commerciales), une entreprise a tout intérêt, pour fidéliser ses collaborateurs, à proposer des jalons simples pour les aider à se projeter dans le temps. Ce qu’a fait Cédric Pardon, qui dirige à Annecy une belle entreprise de service numérique :

« chaque collaborateur est doté d’excellentes compétences au départ, mais par ailleurs, chacun suit ici un plan de formation continue car notre métier, par l’impact des technologies, nous impose d’être en veille permanente. Nous avons donc structuré notre démarche en intégrant un responsable Qualité et formation, ce qui est relativement rare pour une structure de notre taille. »

Sans aller jusque-là, Benjamin Kelsall, à la tête sur Bordeaux d’un fleuron français de la distribution de pièces pour les revendeurs de vélo, a misé sur une alternative très pragmatique :

« Nous avons longtemps cherché un organisme pour nous remettre à jour sur un certain nombre d’enseignements (formation logicielle notamment), et au final, c’est WiiSmile qui nous l’a apporté avec l’intégration gratuite des enseignements Skilleos inclus dans l’environnement du service : on y trouve à la fois des formations sympas pour le développement personnel, et l’acquisition de compétences utiles dans le domaine pro. Résultat, dans nos locaux, on laisse depuis quelques mois un ordinateur à disposition des salariés dans une salle où chacun vient suivre les formations dont il a besoin. »

5) Insister sur les moments forts de la vie collective pour impliquer les employés

Team-building, repas communs, sorties avec les familles… Des initiatives vieilles comme le monde mais dont il est impossible de se passer dès lors qu’on veut entretenir un attachement mutuel entre les salariés. L’esprit d’équipe et l’ambiance agréables sont cruciales pour motiver, impliquer et fidéliser ses collaborateurs. C’est souvent dans ces occasions que se bâtit l’essentiel du lien, comme le rappelle Alexandre Dardy, dirigeant d’une agence de courtage à Dijon :

« Chaque vendredi, nous avons instauré un rituel immuable entre nous, quels que soient les agendas des un(e)s et des autres : manger ensemble. Au restaurant, quand c’est possible, et sinon on se retrouve à l’agence pour passer un bon moment. C’est important de privilégier des temps où le sujet du travail n’est pas au centre de la discussion. On parle de la vie, des activités des uns et des autres, et ça fait du bien. »

Même conviction du côté de Ludovic Gartan, qui dirige une agence immobilière en Bretagne :

« On organise régulièrement des petits-déjeuners, et plusieurs fois dans l’année des événements extérieurs – escape game, rallye vélo, chasse aux trésors, etc. – pour apprendre à se connaître. Et une fois par an, on invite également les conjoints autour d’un bon repas, histoire de casser un peu les codes entre le pro et le perso. En juillet dernier, par exemple, alors qu’on sortait des premiers mois de confinement, j’ai trouvé d’autant plus utile de perpétuer cette tradition pour s’offrir collectivement un bon bol d’air dans une année bousculée. »

6) Responsabiliser les collaborateurs et les associer à la vie de l’entreprise

Informer régulièrement les salariés sur la trajectoire, les solliciter sur certaines prises de décisions, ou encore les associer à des projets d’engagements sociétaux portés par l’entreprise… …, voilà un autre levier pour mieux fidéliser ses collaborateurs.

Toute initiative de responsabilisation de l’équipe permet à chacun de s’approprier le projet collectif. Et de se sentir impliqué.

Ce que confirme Cédric Pardon :

« Impliquer les équipes, les rendre autonomes. Leur faire prendre part aux décisions. C’est ce que j’ai appris à faire avec les années. Ça passe par une délégation cohérente, une écoute constante. Le fait de laisser la porte de son bureau ouverte est une manière de rappeler qu’on se rend toujours disponible pour l’équipe. C’est à travers des signaux comme celui-ci qu’on crée la confiance. »

7) Proposer des avantages équivalents à ceux d’un grand groupe pour fidéliser ses collaborateurs

Sur le front des avantages qu’ils proposent, les dirigeants qui témoignent dans cet article n’ont plus à souffrir de la comparaison avec les grands groupes. Ils font partie des 8 500 entreprises à avoir choisi WiiSmile pour leurs salariés. A travers cette solution, ils entendent proposer ce qui se fait de mieux (vacances, culture, loisirs, services à la personne, etc.) aujourd’hui comme avantages pour une équipe de TPE/PME.

Ils apportent ainsi un argument supplémentaire en faveur de la fidélisation et de l’implication des équipes.

Un choix qu’ont fait Fred et Sylviane Lamorthe pour leurs salariés, dirigeants d’une entreprise de transport dans le Vaucluse : « WiiSmile, c’est une plus-value pour marquer notre reconnaissance vis-à-vis du travail de l’équipe. »

Rendez-vous chez TSF Provence, pour découvrir Fred Lamorthe et Sylviane, des transporteurs qui revendiquent l’importance de la reconnaissance envers leurs employés.

Retrouvez tous les témoignages de dirigeants ici

A lire également : 8 conseils RH pour limiter le turn-over dans les PME

En résumé

  • Réussir la phase de Onboarding
  • Se démarquer des pratiques des autres employeurs de son secteur
  • Proposer un outil de travail attractif contribue à la fidélisation des salariés
  • Accompagner l’évolution et la montée en compétences des équipes pour miser sur l’implication
  • Insister sur les moments forts de la vie collective pour mieux fidéliser ses collaborateurs
  • Responsabiliser les collaborateurs et les associer à la vie de l’entreprise
  • Proposer des avantages équivalents à ceux d’un grand groupe

 

Partager ce post:

Nos derniers articles

Pour recevoir notre newsletter

Tenez-vous informé des dernières nouveautés

Demander une démo, poser une question ?
Contactez-nous !

> LE BLOG

Cache-cache investigation !

ENTREZ DANS LES COULISSES DES PME QUI S'ENGAGENT